La liberté d’instruction n’est pas négociable, c’est un droit inaliénable.

Accueil > Actions > (2006-2007) Education : NON au licenciement des parents ! > AFP-Le ministre de la famille opposé à l’interdiction de l’instruction à (...)

AFP-Le ministre de la famille opposé à l’interdiction de l’instruction à domicile

Scolarisation à domicile : le ministre de la famille contre deux amendements

mardi 9 janvier 2007

—afp—090107----Le ministre délégué à la famille Philippe Bas s’est déclaré mardi opposé à deux amendements au projet de loi sur la protection de l’Enfance, jugeant qu’ils sont "trop restrictifs" quant à la liberté des parents de choisir le mode de scolarisation de leurs enfants.

"Tels qu’ils sont, je ne suis pas favorable à ces amendements, je les trouve trop restrictifs", a déclaré le ministre sur RMC.

"Lorsque des parents sont dans des sectes (...), qu’ils gardent leurs gosses à la maison, on ne peut pas rester sans réaction (...) pour autant, il faut aussi permettre à des parents qui par exemple habitent à la campagne, ont trois petits gosses jeunes, une maman qui veut bien s’en occuper, s’ils ont décidé d’apprendre à lire-écrire-compter à leurs enfants, si c’est leur choix de vie, à condition qu’on puisse vérifier que le travail pédagogique est bien fait, alors cette liberté doit être préservée", a ajouté le ministre.

Les deux amendements, déposés par Georges Fenech (UMP) et Philippe Vuilque (PS), respectivement président et rapporteur d’un rapport sur les influences sectaires, proposent de modifier le code de l’Education.

Il s’agit d’obliger les parents à "justifier d’un état de santé et d’un handicap de leur enfant, d’un déplacement de la famille ou de toute autre raison réelle et sérieuse" et d’empêcher que l’instruction soit dispensée "au même domicile à plus de deux familles".

Un collectif d’associations défendant l’instruction à domicile s’est indigné lundi de ces deux amendements.